En pourcentage, c’est l’Afrique qui compte le plus de personnes affectées par la faim

En pourcentage, c’est l’Afrique qui compte le plus de personnes affectées par la faim

14 juillet 2021 Non Par samvip

Lundi 12 juillet, l’ONU a présenté un rapport alertant sur la nette augmentation de la faim dans le monde. La pandémie de Covid-19 et les confinements ainsi que la hausse du prix de certaines denrées qu’elle a entraînée a exacerbé cette situation. Le rapport indique par ailleurs que la faim progresse plus vite en Afrique qu’ailleurs dans le monde. Dominique Burgeon, directeur à Genève du bureau de liaison de la FAO (Organisation pour l’alimentation et l’agriculture) est l’invité de RFI.

RFI : L’objectif de l’ONU d’éradiquer la faim dans le monde d’ici à 2030 ne sera pas atteint. C’est désormais une certitude. La faim chronique touche 10% de la population mondiale. Comment se situe l’Afrique dans ces sombres statistiques ?

Dominique Burgeon : Si en terme de nombre de personnes, c’est effectivement l’Asie qui a le plus de personnes qui sont confrontées à la faim, en matière de pourcentage, c’est malheureusement l’Afrique avec 21% de la population qui compte le plus de personnes affectées par la faim. 21% de la population, 282 millions de personnes sur un nombre total de 768 millions de personnes en 2020 qui étaient confrontées à la faim.

Alors comment expliquer cette progression de la faim dans le monde, et en particulier en Afrique ?

En fait, la tendance globale était à la diminution jusque 2014-2015. Depuis 2015, malheureusement, nous voyons que cette tendance s’est inversée et que le nombre de personnes confrontées à la faim continue à augmenter, avec une augmentation bien plus forte qui a été enregistrée au cours de l’année 2019 liée en particulier aux conséquences indirectes de la pandémie du Covid-19.

Mais en matière de paramètres, on voit qu’on a malheureusement les conflits, les événements climatiques extrêmes, les catastrophes naturelles et les chocs économiques lesquels viennent s’accumuler sur un terreau de grande pauvreté et d’inégalité. Tout cela fait qu’effectivement, on a eu un renversement de cette tendance avec une augmentation forte au cours de la dernière année liée au Covid-19 et, malheureusement, de nouveau, une augmentation qui n’a pas été uniforme entre les divers continents et entre les différents pays.

On voit qu’en Afrique, on a une augmentation de 3%, alors qu’en Amérique latine, on a une augmentation de 2% et en Asie, une augmentation d’un peu plus de 1% du nombre de personnes confrontées à la faim en 2019. Donc, effectivement, on voit des grandes disparités qui ont trait aux chocs auxquels les pays sont confrontés, et à leur capacité d’absorber ces chocs et d’appuyer leurs populations pour qu’elles ne tombent pas dans cette situation d’insécurité alimentaire et de faim.